Entre réel et virtuel

     



          J'entre dans le restaurant chinois, ce midi je déjeune avec mon père. A la table d'à côté, trois jeunes. Enfin jeune, ils approchaient surement la trentaine (vous comprenez, je n'ai que 15 ans alors à toutes les nanas de trente ans et plus : ne m'en voulez pas, au fond je trouve votre âge cool). Et c'est là qu'est la surprise : ils avaient tous les trois leur portable à la main. Oui, ils déjeunaient au resto chinois, "ensemble", sans aucun dialogue, juste leur portable à la main. Les nouvelles technologies, les réseaux sociaux, tout ça n'est pas sensé nous "réunir"? Comment peut on parler de réseaux "sociaux", de "communauté", quand accroché à son portable on est même pas capable de s'adresser la parole lors d'un déjeuner? 

          De même avec certains membres de famille. Connectés h24, ils le sont. Moi aussi en quelques sortes. Alors pourquoi ne me souhaite il pas au moins mon anniversaire sur mon mur Facebook ou ne m'envoient-ils pas un message au lieu de partager leur dernier repas? 

          Nous y sommes : le partage de photos, l'exhibition virtuelle si je puis dire. On partage tout désormais : nos tenues du jour (tcheck virtuelle avec toutes les blogueuses mode et autres filles du net qui me lisent), nos petits plats, nos mésaventures, nos derniers brunch, nos dernières sorties, moi la première je vous l'accorde. Et j'emploie bien le terme "dernier" car notre génération partage tout en instantanée, à la minute près, que ce soit sur twitter (le pire du pire je pense), instagram, Facebook, ou encore sur nos blogs parce que oui, je le reconnais, je fais partie de cette génération et je ne m'en cache pas. Seulement parfois, je me demande d'où nous vient ce besoin incessant de partage. Comme si nous devions afficher notre vie en permanence. 

          Et pourtant, je sais bien que ceux qui partage leur vie à travers leurs photos instagram sont loin d'être les pires en la matière ; je ne vous parle pas de ceux qui partage leur  peine de cœur ou leur dernière règle (eh oui!!). Une fois, pour aller vraiment vers l'extrême, une fille du collège où j'étais les années précédentes a clairement mis un statut sur Facebook pour donner des nouvelles et raconter sa dernière aventure à l'hôpital où elle était à cause de sa tentative de suicide. Cette fille, je la connaissais à peine de vue et pourtant j'ai su en un statut toute sa vie. Autre exemple, un jeune de mon lycée a fait un coma éthylique juste devant l'établissement, sous nos yeux, à cause des neknominations (autre conséquence désastreuse des réseaux sociaux). Comment vous dire qu'en sortant d'un cours de français, on s'attend à tout sauf à voir à nos pieds un jeune à moitié mort, allongé dans son vomis. Et qu'on fait ses parents? Ils ont mis le soir même une photo sur Facebook de leur fils, des tuyaux dans la bouche, dans le lit d’hôpital, avec un petit message visant à remercier ironiquement les personnes qui l'avaient nominé. Bien que c'était dans le but de faire passer un message (et ça a sans doute marché puisque je vous en parle aujourd'hui), ça reste choquant. Et ce ne sont pas les seuls parents à afficher sur les réseaux sociaux leurs enfants. Ne croyez pas que tout ce blabla ne concerne que la Génération Y, je connais un bon nombre d'adulte qui sont bien pire que les ados à ce sujet.

          Autre sujet tabous et pourtant réguliers sur la toile et plus particulièrement sur Facebook : la mort. Vous savez comment j'ai appris le décès d'un des membres de ma famille il y a quelques années? Par un message, sur Facebook, à 23h, toute seule, dans le noir, devant l'ordinateur. Et je m'estime encore heureuse de ne pas l'avoir appris le lendemain, lorsque mon fil d'actualité était remplie de photos et de messages de condoléances. Ça ne vous choque toujours pas? J'ai également appris et vécu le décès d'une personne que j'ai côtoyé pendant mes années collège, accident de scooter. Et c'est loin d'être la première victime d'un accident dont on apprend la mort sur Facebook. Alors oui, je suis d'accord, d'une part, les réseaux sociaux permettent de rendre hommage. Mais d'un autre côté, n'est-ce pas totalement irrespectueux pour la famille et les proches du défunts d'afficher cette personne qui vient juste de mourir? Où est l'intimité? Surtout dans des moments comme ça quoi!! D'où nous vient ce besoin d'exprimer nos condoléances et nos sentiments en instantanée sur la toile, aux yeux de tous (confidentialité ou pas)? Je vous invite d'ailleurs à lire Nos étoiles contraires de John Green (je vous l'ai déjà dis, mais c'est vraiment un super bouquin), et en particulier le passage où Hazel, 16 ans, évoque le nombre d'inconnus qui publient des messages de soutien sur le mur d'Augustus, son petit ami qui vient de mourir d'un cancer. Croyez moi, lire le point de vue d'un proche du défunt nous fait réfléchir sur ce genre de situation qu'on rencontre de plus en plus souvent. Jusqu'où sommes nous prêts à nous afficher sur les réseaux sociaux? Jusqu'à quel point?

           Il y a aussi ces ados qui passent leur journée sur twitter, ask, ou autres réseaux pour discuter et rencontrer de nouvelles personnes. Peut on vraiment parler de discussion et de rencontres lorsque ça ne dépasse pas le virtuel? (et je précise bien quand ça ne dépasse pas le virtuel, parce que malgré tout, on peut faire de très belles rencontres grâce à nos blogs, nos chaînes youtubes ou autres parce que dès le départ, on sait qu'on a une passion commune ; sur twitter, je doute que ça soit le cas). Et toute la journée, ces personnes sont harcelées de compliments dans le genre "t'es trop magnifique mon bb d'amour" par des personnes qui ne les ont pourtant jamais vues en vrai. Oui, il y a toutes ces photos partagées sur ces mêmes réseaux sociaux qui peuvent nous donner une image de la personne. Mais je l'ai dit, ce n'est qu'une image. Et vous savez comme moi qu'aujourd'hui il est très facile d'améliorer son image en prenant des photos avec son reflex, son dernier iphone et l'appli retrica, ou à coups de retouches photoshop. Est-ce que le virtuel rime alors avec "faux" et "superficiel"? Nous sommes toujours intéressés à la vie des autres (en particulier des célébrités, en savoir le plus possible sur leur vie histoire de se sentir plus proche d'elles). Mais de plus en plus, on s'attache surtout à l'image que ces personnes renvoient, sans s'en rendre compte. Ça veut par exemple pour ces blogueuses, dont on suit toute la vie à travers leurs photos, ou pour ces youtubeuses, dont on tient particulièrement à connaître la vie. Mais est-ce que l'image que ces utilisatrices du net (dont je fais partie, même si je ne poste ni photos personnelles ni vidéos en général) renvoient correspond vraiment à la réalité? Est-ce que ne serions nous pas déçu si on les connaissait vraiment, dans la vraie vie? Logiquement, si, nous serions déçu, tout comme nous sommes déçus de voir à quel point certaines célébrités sans maquillage ne ressemblent pas à grand chose, mais certains ne semblent pas prendre conscience de tout ça. 

          Peut être que moi aussi je vais trop loin en écrivant cet article, que moi aussi j'exprime bien trop mes sentiments aux yeux de tous en évoquant ce sujet. Un blog n'est pas un journal intime, je vous l'accorde. Virginie B l'a d'ailleurs très bien dit dans un de ses articles. Mais comprenez bien une chose : je ne vous raconte pas tellement ma vie, là, je dénonce juste un fait de société qui me touche quotidiennement. Moi aussi, avec mon blog, je m'exhibe peut être, sans vraiment m'en rendre compte. Je vous parle peut être un peu trop de ma vie. Quand j'évoque mon premier choix, par exemple, chose que je n'arrive absolument pas à évoquer dans la vie réelle (et c'est là que je m'inquiète  sur la manière dont j'arrive à m'exprimer virtuellement). Moi aussi, j'ai ce besoin incessant de partager (c'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles j'écris au quotidien sur ce blog). A côté de ça, j'entretiens quand même ma vie "réel" : je sors, je vois mes amis, je profite de ma famille. Peut être pas assez. Même surement.  Mais j'essaye, le plus possible, d'entretenir les amitiés réelles et les petites choses "réelles" de la vie (et quand le soir, avant de m'endormir, je me sens obligé de tchecker une dernière fois mon fil d'actualité Facebook au lieu de lire un bon bouquin, et quand en me réveillant le matin mon premier reflex est d'allumer l'ordinateur, oui, je m'inquiète). Cependant,  j'ai aussi besoin de me retrouver seul parfois. Et me retrouver seul pourquoi? Pour rester à glander toute la journée sur l'ordinateur pour partager, pour faire de nouvelles rencontre grâce à mon blog, pour raconter mes dernières aventures à une "communauté". Très paradoxal tout ça. 

          Je vais m'arrêter là. C'est juste que... il y a bon nombre de choses qui m'agacent sur la toile et sur les réseaux sociaux en particulier, bien qu'internet nous permet aussi plein de choses et a un côté très pratique.  Mais il fallait que ça sorte. Et toi, qui a lu jusqu'au bout (t'es courageux d'avoir lu mon pavé et je t'en remercie!!), t'en penses quoi? 

"Alors mets-toi à ton claver sans te poser de questions, arrête de fumer des cigarettes ou de t'occuper pour faire semblant : et surtout, éloigne-toi d'Internet. De toutes façons je suis sûr que ça fait des trous comme des boules de glace dans les neurones au bout d'un moment ce truc-là. " - Fauve (Rag#2)

26 commentaires:

  1. Excellent article très bien pensé ( bon si on oublie le spoil de Nos Étoiles Contraires ), c'est vrai que nous vivons dans un monde où tout le monde doit savoir ce que tout le monde fait au moment même, et le danger est d'en oublier notre vie réelle.
    À bientôt,
    Clémence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pardon pour le spoil!!!! Mais j'étais obligé d'évoquer ce passage... en tout cas merci beaucoup pour ton commentaire Clémence :)

      Supprimer
  2. Oh mon dieu , cet article est juste parfait ! Réaliste, il résume les jeunes de nos jours, certes je poste une photo par jour sur Insta , etc mais je ne suis pas une de ses carricatures, heureusement et je vais partagez ce post pour faire réagir le monde ! Merci !

    leblogdehenri.blogspot.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ça me fait vraiment très plaisir Henri, c'est moi qui te remercie. Je suis contente que cet article vous touche!!

      Supprimer
  3. je suis tellement d'accord avec toi. Ca me tue parce que ça nous rend tous de plus en plus égocentriques et superficiels, comme si aujourd'hui on était obligés de mettre en scène sa vie et l'envoyer par snap, la tweeter, l'afficher sur instagram pour avoir l'air cool, montrer aux autres qu'on a une vie formidable et excessivement photogénique.
    Elle est où la vraie vie là-dedans?

    Merci d'écrire cet article, il est tellement vrai.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi!! même réponse que pour Henri, je suis contente que cet article vous touche et vous fasse réagir :)

      Supprimer
  4. J'aime beaucoup ton article, moi aussi j'ai lu nos étoiles contraires, je l'ai finis y'a une semaine justement, là je prépare mon article favoris ; il y'aura bientôt le film aussi je sais pas si tu es au courant ! ^^
    http://mylookshidden.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui je suis au courant pour le film, ça fait déjà quelques semaines que j'attends qu'il sorte en france (le 20 août il me semble) avec impatience...

      Supprimer
  5. Hey, ton article est tout simplement.. véridique, réelle. Tu abordes le sujet avec une t-elle aisance. Je te comprends, je comprends tout à fait le message que tu essayes de faire passer. Je m'en suis moi même rendu compte car je suis victime de cette génération. On passe trop de temps à essayer de partager notre vie, nos émotions, qu'on oublie presque le réel but de la rencontre ou de l’événement en question. On partage, on tweet uniquement pour les autres soient au courant de notre vie et après on ose parler de vie privé. Je suis complètement d'accord avec toi.
    Je reviens avec le début de ton article avec l'exemple des personnes à tables où justement c'est un moment propice de partage, d'échange, de conversation et au lieu de ça on reste bloqué sur nos téléphones et on ne partage au final rien. J'en ai marre de cette situation car j'ai beaucoup d'amie comme ça et ça devient limite au pressant et fatiguant de passer un moment dans un café par exemple ou la seule chose à faire est de fumer sa clope et d'envoyer des SMS.
    Enfin bref, je suis un peu confuse dans mes idées, mais telle est ma pensée.

    Je te fais tout de même pleins de bisous.
    http://sofunnygirl.blogspot.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci énormément pour ton long commentaire Éléonore. Je suis rassurée de voir que je ne suis pas la seule dans cette génération à me rendre compte de notre ridicule... enfin, toi et moi faisons parti de cette génération ; on en est comme tu dis "victime", mais nous sommes au moins consciente que parfois, c'est trop.
      Moi, ce qui m'agace le plus, c'est de voir certaines amies ou connaissance afficher une vie qu'elles n'ont même pas.. enfin, je ne sais pas trop expliquer, mais parfois elles mettent des photos ou ont un comportement qui ne leur correspondent pas, comme si c'était "faux", comme si ces personnes là cherchaient absolument à se donner un genre pour plaire au plus grand nombre. C'est dommage...

      moi aussi je te fais de gros bisous

      Supprimer
  6. Pourquoi tu as dis de lire "Nos étoiles contraires" alors que tu as dis la fin?! LOL
    Je l'ai lue et j'ai pleuré ,tu auras quand ton appareille photo?http://thedangerousworldoffashion.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'étais un peu obligé d'évoquer ce passage, déjà parce que c'est un bouquin que j'adore, et parce qu'il reflète parfaitement ce que j'ai expliqué dans l'article en donnant le point de vue d'un proche du défunt. Et c'est bien pour cette raison que j'ai prévenue avant de dire la fin, j'ai bien mis en rouge et en gras attention spoil pour prévenir ceux qui ne l'avaient pas lu. Et puis de toutes façons, qu'on sache la fin ou pas, ce livre mérite vraiment d'être lu, c'est une belle leçon sur la vie.
      Moi aussi j'ai pleuré, au passage que je raconte justement, pour des raisons personnelles que j'ai entre autres expliqué dans l'article.
      Pour mon appareil photo, pour l'instant je ne compte pas l'avoir, ce sera pour noël prochain même si c'est dans longtemps :)

      Supprimer
  7. J'y pense depuis longtemps déjà, comme une tendance générale de s'exhiber pour exister, un phénomène d'autant plus accentué par les réseaux sociaux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en effet... le problème est aussi que ces réseaux sociaux justement permettent aux marques de nous utiliser, aux gens qui sont au dessus de nous manipuler complètement notamment avec la publicité (qui est extrêmement présente sur internet et sur les réseaux sociaux) mais c'est un autre débat ;)

      Supprimer
  8. C'est la société qui pousse les gens à être comme ça. Perso, je ne suis pas touchée par ce syndrome ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais la société, c'est nous, les gens, c'est un peu comme si on s'autodétruisait... mais je ne veux pas être trop excessive non plus, tout ça fait aussi parti du "progrès" ;)

      Supprimer
  9. Excelent article!
    http://fashion-soup.com/

    RépondreSupprimer
  10. Personnellement, j'étais très accro il y'a quelques années mais je me suis lassée. Même si j'adore Tumblr, Instagram, Twitter... je reste pas dessus des heures. Puis quand je suis avec des personnes, mon portable est rangé au fond du sac. Je vois pas l'intérêt de passer du temps avec des personnes si c'est pour rester dans le virtuel. Après, j'ai fais de bonnes rencontres via Twitter - y'a des personnes que je connais depuis très longtemps. Il est vraiment intéressant ton article :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton commentaire constructif, ça me fait plaisir de lire ton avis là dessus. Je suis d'accord avec toi, lorsqu'on partage un vrai moment avec une personne, ce n'est pas pour rester dans le virtuel... gros bisous :)

      Supprimer
  11. J'aime beaucoup lire tes articles. Perso je suis très connectée, mais je me soigne en essayant de lâcher un peu mon portable, twitter, tumblr, pinterest, et j'en passe. C'est dur ! Une vraie cure de tout instant !

    A bientôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment très gentil ça me fait plaisir. Et oui comme tu dis c'est quand même difficile de s'en passer ;) Pour l'instant je suis plus "accro" à mon ordinateur qu'à mon portable (disons que mon nokia ne me permet pas d'être réellement connectée aha).
      gros bisous

      Supprimer
  12. J'adore ton article ! Personnellement, le fait de s'afficher, ou plutôt s'exhiber sur insta, snap, ou twitter ne me dérange pas tellement (sauf les cas extrêmes, évidemment) je suppose que je suis habituée, et ça me fait plutôt de la peine de voir des filles (ou garçons d'ailleurs) qui doivent passer des vacances de folie mettre des storys snapchat de 1000 secondes et 4 instagram à la minute.
    Par contre les déjeuners-portables, je ne supporte plus!! Je fais chier toute ma famille et mes amis pour les forcer à lâcher leurs téléphones : les grands moments de silence pcq tout est le monde est sur twitter me rendent dingue ... c'est aussi pour ça que j'ai arrêté mon blog! je peux passer deux heures rien que pour lire des blogs alors en écrire un impossible ! mais j'adore le tien continue !
    des bisous,
    Louise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton avis là dessus. Les personnes qui s'affichent à longueur de journée ne me dérange pas plus que ça non plus (sauf quand ce qu'elles affichent aux yeux de tous est trop personnel et dérangeant donc), si elles arrivent à s'afficher tout en menant leur "vraie" vie, tant mieux pour elles. Ce qui me dérange le plus ce sont les gens qui affichent une vie qui n'est pas la leur, qui ne correspond pas à ce qu'ils vivent réellement, enfin je ne sais pas trop comment expliquer...
      Pareil pour les blogs, il faut arriver à trouver un juste milieu entre virtuel et réel. Quand on blogue on à tendances à passer énormément de temps sur internet en allant de blogs en blogs, et du coup on ne profite pas forcément de la réalité... Il faut arriver à passer du temps et à mener à bien son blog tout en menant à bien sa vie à côté, et c'est pas toujours facile de trouver le temps de tout concilier je te l'accorde!! C'est quand même dommage que tu ai arrêté de bloguer, c'était quoi le nom de ton blog??
      Gros bisous et merci pour les compliments Louise, merci pour ton passage ici

      Supprimer
  13. Je suis carrément d'accord! sinon pour mon blog il a plusieurs noms mais le dernier en date c’était "from paris with love" (wouhou l'originalité je te l'accorde). J'étais bien décidée à m'en occuper sérieusement et puis finalement hein ... j'ai toujours enviez d'en rouvrir un mais je pourrais pas le faire toute seule ça prend vraiment bcp de temps ! (surtout que je suis hyper perfectionniste sur le design donc je te raconte pas les heures passées à fouiller les tutos - pcq j'y connais vraiment rien!)
    Bref en attendant le statut de lectrice me va très bien !
    (en parlant de insta, tu es sur instagram ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je comprends... La galère du design, j'ai connu ça aussi même si je m'en sors un peu mieux maintenant!!
      Et non je ne suis pas sur instagram parce que je n'ai pas de portable adéquate, même si j'aimerais beaucoup quand même!!

      Supprimer

N'hésitez pas à me poser toutes les questions que vous désirez, à donner votre avis bon ou mauvais, et à me conseiller! Je vous invite aussi à devenir membre du blog pour le suivre au mieux. Merci pour tout ♥♥